La Mer se cultive, la mer nous cultive

 

Chalutier dans le port de Lorient Fileteuse chez un mareyeur de Lorient Plage d'Etel, Morbihan, France

 

 
Qu’il est bon de rêver les pieds dans l’océan, face à l’horizon, pour y plonger ensuite avec délice. Pour la plupart d’entre nous la mer est un immense terrain de jeux. On y vogue à loisir et on joue avec les vagues. Le littoral du Morbihan est un des lieux privilégiés en France, en été, pour ce genre de vacances.
Mais pour certains l’Océan a bien plus qu’un simple parfum de détente. C’est le paysage quotidien des pêcheurs, ostréiculteurs et gardiens de l’environnement.
Vacanciers et professionnels se partagent le même espace sans pour autant se connaître.
 
Pour créer la rencontre le Comité Départemental du Tourisme du Morbihan organise cet été pour la troisième fois « La mer se cultive, la mer nous cultive ». De Lorient à Vannes, en passant par Auray, Sarzeau, ou Quiberon, plus de 500 animations permettent aux touristes de partir à la découverte de la mer, de ses métiers, de son environnement, de sa mémoire ou encore de ses artistes.
 
Ecoutez (ou téléchargez) l’émission que nous avons consacré à ce sujet :
 
 
 
 
 
 

Les métiers de la mer nourricière

Yvan Leport, marin-pêcheur à LorientLe Poisson.
Avant d’être carré et pané sur notre table, le poisson a traversé bien des aventures, comme en témoigne « Le parcours du poisson de la mer à l’assiette ». C’est l’une des animations phare de cette manifestation.
 
Les guides du CCSTI/Maison de la mer ouvrent les portes du port de pêche de Lorient, niché au cœur de la rade. C’est une vraie petite ville en elle-même. On découvre les quais sur lesquels les bateaux de pêche côtière et de haute mer débarquent chaque jour leur marchandise. Le public entre aussi dans les espaces où se déroule la vente du poisson à partir de quatre heures chaque matin (ce qu’on appelle la criée).
Il voit enfin les ateliers de marée où les femmes découpent le poisson. A chaque étape, c’est l’occasion de bavarder sur le vif avec les marins-pêcheurs, mareyeurs, fileteurs, acheteurs, tous les acteurs du deuxième port de pêche français qui exercent des métiers souvent difficiles, physiques, tributaires de la nature, mais qu’ils partagent toujours avec beaucoup de passion !
Chacun a son échelle décrypte les techniques de pêche, le parcours de poisson mais aussi les enjeux de la préservation de cette ressource. Il est même possible de s’immerger dans l’ambiance très matinale de la criée, avant, pourquoi pas, de faire un tour dans une des conserveries artisanales !
 
Chalutier dans le port de Lorient, Morbihan Filets de pêche sur le port de Lorient, Morbihan
Atelier de marée, Lorient, Morbihan Travail du fileteur, ateleir de marée, Lorient, Morbihan
 
 
Les huitres.
Savez-vous qu’il faut plus de trois ans pour élever une huitre prête à être dégustée ?
Parc à huîtres, golfe du Morbihan © CDT MOrbihan/Marc SchaffnerDepuis la fin du XIXème siècle, les ostréiculteurs ont élu domicile dans le Golfe du Morbihan, devenu un haut-lieu de la production de l’huitre. Plusieurs d’entre eux ouvrent les portes de leur activité au public. Ces "jardiniers de la mer" vivent au rythme des marées, font découvrir avec passion leurs parcs à huitres et leur milieu naturel. C’est le cas d’ Ivan Selo, par exemple, qui a repris l’exploitation familiale créée il y a quasiment 150 ans. Dans le cadre exceptionnel du golfe, au milieu des îles, il familiarise le vacancier à son savoir-faire.  
 
Coquillages, algues et crustacés.
Plus question de partir nez au vent et bottes aux pieds à la pêche Anne Jacob, guide-littoral, pendant une visite-découverte des algues, Morbihan, Franceaux moules, ça s’apprend ! Plusieurs guides passionnés proposent des balades commentées à la découverte de son petit monde de l’estran, cette partie de la plage qui se découvre à marrée basse : palourdes, coques et couteaux sont prêts à être cueillis.
Anne Jacob, guide littoral, met un brin de fantaisie dans cette pêche, avec son animation « La vie quotidienne et sexuelle d’un plateau de fruit de mer ».
Elle emmène aussi le public à la découverte des treize algues comestibles de Bretagne. Elle explique également comment les reconnaître, les cuisiner et avec quoi les accompagner.Ecoutez là :
 
 
 

La mer : un environnement dont il faut prendre soin

La mer nous a donné la vie. Rien que ça ! C’est dire s’il est aujourd’hui nécessaire de prendre soin de son ingénieux écosystème. Tous les intervenants du programme « la mer se cultive, la mer nous cultive », expliquent au public les différents gestes nécessaires à la préservation de ce fabuleux microcosme marin.
 
On peut commencer la leçon de chose à Port-Louis, à l’Observatoire du plancton, pour une lecture scientifique du monde marin. A l’aide d’un microscope, les animateurs invitent à observer l’incroyable diversité de la vie dans une simple goutte d’eau de mer. Le plancton qu’on y découvre sous forme de poussières de vie végétale ou animale aux formes variées est à l’origine de la vie sur la terre. Il produit aussi d’une grande partie de notre oxygène et constitue le tout premier élément de la chaine alimentaire. L’homme mange du poisson, qui mange du plancton ! Voilà une bonne raison d’en prendre soin, en évitant par exemple de jeter des détritus à la mer mais aussi des pesticides en tout genre.
Ecoutez Sylvain Rolland de l'Observatoire du plancton :
 
 
 
Dans ses balades consacrées aux algues ou à la pêche à pied, Anne Jacob joue les naturalistes mais explique aussi comment bien utiliser le littoral sans le détériorer.
 
Plage d'Etel, Morbihan, France Larmor-Plage, Morbihan, France
 
 

La mer en mémoire

Sur les côtes du Morbihan, on raconte qu’il ne fallait pas faire des Vieux gréement, Morbihan, Francegrimaces pendant la marée montante au risque de rester défiguré...
Mystérieuse, la mer n’a eu de cesse de stimuler l’imagination.  Si cette immensité souvent tumultueuse fascine, elle a aussi toujours imposé le respect voire la crainte. L’océan a donc fait germer croyances et superstitions.
Anne Jacob est partie à la pêche dans ses souvenirs. Petite-fille et fille de marins-pêcheurs, cette guide-littoral transmet les contes, légendes et traditions bretonnes liés à l'océan que sa grand-mère lui racontait. Ses balades, contées avec humour et tendresse, permettent de renouer avec mère nature.
 
Cette histoire des hommes avec la mer constitue tout un patrimoine. C’est dans le village d’Etel que s’est installé le musée des thoniers. Maquettes, reconstitutions, objets d’époque retracent l’histoire de ce petit village devenu un puissant port de pêche autour de 1930 avec 250 thoniers à voile. On découvre une grande épopée maritime, commencée par la pêche à la sardine au XIXème siècle. Le public découvre les différentes techniques de pêche, mais aussi la vie à bord d’un bateau comme nous le raconte Grégory Nabat du musée des thoniers :
 
 
 
Après la visite du musée des thoniers, il faut aller se promener sur la plage pour voir la fameuse barre de sable qui bouche l'entrée de la ria d’Etel. C’est un spectacle sans cesse en mouvement face à l’Atlantique.
 
Musée des thoniers, Etel, Morbihan, France Port-Louis © CDT Morbihan/Marc Schaffner
 
 

Les artistes de la mer

Source d’inspiration inépuisable, la mer a toujours fasciné les artistes. Ils ont donc aussi leur place dans le programme « la Marin-pêcheur par Catherine Raoulas, Lorient, Morbihanmer se cultive, la mer nous cultive ». A travers différentes expositions, peintres et photographes dévoilent au public leur regard sur l'océan et ses activités.  
 
Catherine Raoulas, par exemple, a installé son atelier dans des containers sur le port de Lorient. Cet étrange édifice, planté au milieu de l’activité des chalutiers et des constructions navales, jouit d’un emplacement idéal pour cette peintre qui travaille depuis des années sur le thème des pêcheurs. En regardant ses œuvres, c’est une manière poétique d’aborder la relation de l’homme à la mer.
Plusieurs peintres vont aussi peindre sur site cet été. Le public est convié à les rencontrer à ce moment-là.
 
Atelier de Catherine raoulas construit avec des containers, Lorient, Morbihan Catherine Raoulas devant son atelier, Lorient, Morbihan Intérieur de l'atelier de Catherine Raoulas, Lorient, Morbihan
 
  
Impossible de détailler tout le programme « la mer se cultive, la mer nous cultive ». Il propose aussi de découvrir la mytiliculture (élevage des moules) dans l’estuaire de la Vilaine, la visite de marais salants à la Trinité-sur-mer ou des sorties en vieux gréements à Carnac (consultez-le ici).
Pour organiser, plus largement, un séjour dans le Morbihan, regardez le site du Comité Départemental du Tourisme du Morbihan.
 
Golfe du Morbihan au raz des flots 
Page réalisée avec Alice Milot
Photos : Alice Milot / CDT Morbihan-Marc Schaffner
 
 

 

0 Commentaires

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tag HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <img> <p>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
Cette question vous est posée pour vérifier si vous êtes un humain et non un robot et ainsi prévenir le spam automatique.
Image CAPTCHA
Recopier les caractères de l'image (en respectant les majuscules, minuscules et sans espace).