Dans les pas de Claude François

 

 
Moulin de Dannemois Claude François et sa mère au moulin, photo exposée au moulin de Dannemois
 
L’enfance dorée de Claude François, en Egypte, au bord du canal de Suez, pour lequel travaille son père, s’effondre subitement en 1956 quand Nasser devient président de la République.
C’est un adolescent de 17 ans qui débarque en France, sans repères. La famille s’installe sur la Côte d’Azur.
Claude arrive à Paris fin 1960. Il est alors batteur dans des clubs. Deux ans plus tard, il devient une vedette yé-yé. Sa carrière est lancée.
Et quelle carrière ! (parcourez-la en détail sur rfi-musique).
34 ans après sa disparition, sa popularité est toujours aussi grande.
A Dannemois où il avait une résidence secondaire et où il est enterré mais aussi à Paris, les fans partent dans les pas du chanteur pour mieux le connaître ou se souvenir.
 
Ecoutez (ou téléchargez) l’émission que nous avons consacré à Claude François :
 
 
 
  

« Le moulin de son cœur »

C’est avec ce slogan inscrit sur la façade que les visiteurs sont incités à découvrir la résidence secondaire de Claude François à Dannemois, au Sud de Paris, près de Milly-la-Forêt.
Il venait y passer les fins de semaine loin de l’agitation de sa vie professionnelle (regardez la vidéo où on le voit dans le jardin du moulin).
C’est aujourd’hui le lieu de mémoire par excellence dédié au chanteur.
Sitôt passé le lourd portail, on se croit dans un magazine de décoration des années 70 : Rivière serpentine, saules pleureurs, grande roue à aube, pierres apparentes …
 
Roue à aube, moulin de Dannemois Moulin de Dannemois
 
 
L’impression se confirme à l’intérieur. On imagine bien Cloclo entouré de sa famille ou d’amis du show-business dans le grand salon décoré de mobilier Knoll et d’un canapé en vachette.
A l’étage, derrière une lourde porte, se cache la chambre et la salle de bain en marbre bleu de Claude François.
Les visiteurs sont venus découvrir l’intimité du chanteur. Dans ces pièces là, ils sont aux anges !
 
Salon de la maison américaine, moulin de Dannemois Détail de la chambre de Claude François, Moulin de Dannemois
Salle de bain de Claude François, moulin de Dannemois Détail du salon, Moulin de Dannemois
 
 
Vendu à la mort de la star puis laissé une dizaine d’années à l’abandon, le moulin de Dannemois est acheté en 1998 par un couple qui le restaure depuis et l’ouvre à la visite. Leur patient travail permet aujourd’hui d’avoir l’impression de rentrer chez Claude François comme s’il s’était absenté pour un gala. Meubles, tableaux, photos, objets d’époque donnent de la vie aux intérieurs.
 
La visite se poursuit autour de la piscine. Tout ici a été voulu et imaginé par l’artiste.
Retrouvons Julien Lescure, le fils des propriétaires, près du bassin :
 
 
 
Piscine, moulin de Dannemois Poignée de porte en bronze aux initiales de Claude François, Moulin de Dannemois Photo de Claude François exposée au Moulin de Dannemois
 
 
Juste après la piscine, une des guides montre un autre espace de détente :
 
 
 
Au fond de la propriété, un espace est aménagé en musée. Costumes de scène, disques d’or, objets personnels, notes de service, photos : tout ici évoque la carrière de Claude François, chanteur, show-man et homme d’affaire comme le souligne Julien Lescure :
 
 

 

Costumes de scène de Claude François, Moulin de Dannemois Disque d'or de Claude François, Moulin de Dannemois
Les boules de Claude François, Moulin de Dannemois Costume de Claudettes, Moulin de Dannemois
"Eau noire", parfum créé par Claude François, Moulin de Dannemois Produits dérivés du magazine Podium, Moulin de Dannemois

 

 
La visite guidée se concentre surtout dans la maison américaine (une grange réaménagée pour recevoir les amis), les jardins et le musée.
L’immense moulin ayant brûlé en 1973, il ne reste quasiment rien d’époque à l’intérieur. A la mort du chanteur, le réaménagement n’était toujours pas terminé.
Au rez-de-chaussée pourtant, l’ancienne salle à manger sert de boutique. Comme la tradition locale veut que Jeanne d’Arc se soit arrêtée dans ce vieux moulin, Claude François avait fait poser une cheminée insolite imitant celles du Moyen-âge avec un médaillon dont le profil n’est pas sans rappeler celui du chanteur …
 
Dans le vaste espace donnant sur la roue à aube et la rivière, les propriétaires ont installé un restaurant. Ils y organisent des déjeuners et des dîners-spectacle en l’honneur de la star populaire française. Clou du repas : le show de Franck D’Auria qui revisite le répertoire de Claude François avec des danseuses.
Les propriétaires du moulin de Dannemois animent une véritable petite entreprise autour de la mémoire de l’artiste. Ils vont même ouvrir en 2013 un hôtel dans les étages. Ils annoncent la reconstitution fidèle de la chambre que Cloclo possédait dans cette partie de la propriété. Les fans vont se battre pour y dormir !
 
Cheminée de la salle à Manger, Moulin de Dannemois Restaurant, Moulin de Dannemois
 

Sa dernière demeure

A l’autre bout du pittoresque village de Dannemois, le cimetière abrite la tombe du chanteur.
La famille François ayant tout abandonné en quittant l’Egypte, Claude a voulu donner un lieu d’enracinement à sa famille en choisissant ce coin de l’Essonne. Sa mère dort à ses côtés.
Les fans viennent toujours se recueillir ici. Leurs preuves d’amour sont particulièrement impressionnantes autour du 11 mars, à l’occasion de l’anniversaire de sa mort.
 
Le simple curieux comprend alors que Claude François est une véritable icône populaire, comme le sont le paquebot France ou le Concorde. Il symbolise la France des années 60 et 70. Les nombreuses personnes qui s’inclinent devant sa tombe ne rendent pas seulement hommage au charisme et au talent d’un chanteur, elles se souviennent aussi (ou pleurent) leur jeunesse insouciante.
 
Tombe de Claude François, cimetière de Dannemois Tombe de Claude François, détail, cimetière de Dannemois
Tombe de Claude François, détail, cimetière de Dannemois Tombe de Claude François, détail, cimetière de Dannemois
 

Itinéraire parisien

Dans la capitale, Claude François concentrait sa vie et ses activités dans le XVIème arrondissement, boulevard Exelmans.
Il achète un appartement au n°46 fin 1963. Il y reste fidèle et va y mourir accidentellement dans l’après-midi du 11 mars 1978. Dès l’annonce de sa disparition par flash spécial à la radio, les fans vont venir en masse devant cet immeuble moderne comme le souligne Fabien Lecoeuvre, le biographe de Claude François :
 
 
A l’autre bout du boulevard, près de la porte d’Auteuil, le petit hôtel particulier du n°122 abritait les bureaux de ses nombreuses activités entre 1969 et 1978. Une plaque commémorative l’indique sur la façade. C’est ici que se trouvait sa maison de disques (les disques Flèche), son agence de mannequin, le siège du magazine de charme « Absolu » ou du magazine « Podium », leader de la presse jeune dans les années 70. C’est également devant cette adresse que les fans s’agglutinaient pour tenter de le voir. Des graffitis sur la boîte aux lettres montent que le « culte » est toujours vivant …
 
Domicile de Claude François, 46, boulevard Exelmans, Paris Place Claude François, Paris Bureaux de Claude François, 122 boulevard Exelmans, Paris
 
 
Près de la Seine, au début du boulevard Exelmans, la mairie de Paris a inauguré en 2000 une place Claude François. Mais de nombreux admirateurs estiment que leur vedette préférée mérite mieux qu’un parking.
 
En lisant les différents livres et biographies que Fabien Lecoeuvre a consacré au chanteur, on peut aussi faire passer cet itinéraire parisien rue Véron à Montmartre (c’est là qu’il loge quand il arrive à Paris), rue Arsène Houssaye, près de l’Etoile (adresse du Caramel Club où il est batteur avant d’accéder à la célébrité), boulevard des Capucines, devant l’Olympia, où il s’est plusieurs fois produit.
Nos pas peuvent aussi nous mener rue de la Gaîté, à l’emplacement du studio Europa Sonor où il enregistra, entre autre, les voix de « Comme d’habitude » ou encore devant la Maison de la Radio en souvenir des nombreuses émissions de télévision auxquelles il a participé aux studios 101 et 102 (présentées par Danielle Gilbert et Guy lux ;-)
 
Objets souvenirs, Moulin de Dannemois Graffitis actuels sur la boîte aux lettres du 122 bouvelard Exelmans, Paris
  
Photos : Ludovic Dunod
 
 

 

2 Commentaires

je vous remercie pour toutes ces informations. J'en ai bien pris note et conte faire un petit voyage sur ses traces pour finir au moulin merci encore sa va m'etre tres utile .

Que de souvenirs toutes ces photos ! ou il est le temps du bonheur , je payerais cher pour revivre tout ca et CLAUDE au moins serait encore parmis nous , je n arrive toujours pas a croire qu il n est plus de ce monde , une idole ne meurt pas , il brille au firmament pour l eternite , tu seras toujours numero UN , tu as tout apporte , la chanson francaise c est toi le vrai chanteur populaire , toi tu avais tout compris bien avant tout le monde ! combien de fois j ai envie FRANCE , ISABELLE , ET KATHALYN , tu as toujours ta place dans mon coeur a tout jamais ! TES chansons tournent en boucles dans ma maison , dans ma voiture elles ne me quittent pas , tu es trop beau en fond d ecran sur mon ordi ! ou peut etre de l au -dela tu me feras un signe !!! je t aime CLAUDE pour toujours !

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tag HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <img> <p>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
Cette question vous est posée pour vérifier si vous êtes un humain et non un robot et ainsi prévenir le spam automatique.
Image CAPTCHA
Recopier les caractères de l'image (en respectant les majuscules, minuscules et sans espace).