Tout autour de Prévert

Jardins en hommage à Jacques Prévert, Saint-Germain-des-Vaux, MancheJacques Prévert reste le poète le plus populaire dans le cœur des français. Il a aussi accompagné leur vie en étant le scénariste de plusieurs chefs d’œuvre du cinéma. Sa mémoire est vivante dans sa dernière maison, en Normandie, transformée en musée. A Paris, son appartement si singulier est intact et la ville qu’il a tant aimée garde des ambiances qu’il a connues. Suivez-nous dans cette balade à travers la France, tout autour de Prévert.

 

Saint-Germain-des-Prés, Paris Jacques Prévert à son bureau © DR - collection privée Jacques Prévert Omonville-la-Petite, Manche
 
Les voyageurs sensibles à l’univers de Jacques Prévert se donnent rendez-vous dans le Cotentin, en Normandie, où il s’est éteint. Sa maison, ouverte au public, est le seul lieu permanent dédié à ce « funambule de la parole ». Tout autour, les paysages et jardins du Cotentin évoquent à leur manière le caractère entier et insoumis du poète.
 
Disque Mouloudji © DR - Collection privée Jacques PrévertMais la ville de Prévert reste Paris. Paris la belle…
Le poète entretient une relation particulière avec la capitale, mêlée de tendresse, de nostalgie et de curiosité. Que ce soit à travers ses écrits, ses collages ou avec ses compagnons photographes, Jacques Prévert a rendu d’innombrables hommages à Paris. Il y a aussi passé la plupart de son existence. A flâner. Aimer. Rencontrer. Vivre en somme…
 
Ecoutez (ou téléchargez) l’émission que nous avons consacré à Jacques Prévert :
 
 
 
 
  
La Cité Véron : sa bulle parisienne
Au fond d’une impasse pavée, à l’écart du tumulte de Pigalle, se trouve la seule véritable adresse parisienne de Jacques Prévert adulte. Auparavant réfractaire à la vie sédentaire, Prévert vivait d’hôtels en meublés. Une vie nomade à laquelle il s était habitué dès sa plus tendre enfance.
 
Terrasse de l'appartement de Jacques prévert, cité Véron ,ParisC’est sur les conseils de Boris Vian, installé Cité Véron quelques années plus tôt, que Jacques Prévert, alors âgé de 55 ans, emménage ici en 1955 avec sa deuxième épouse Jeanine et leur fille Michèle, surnommée Minette. Il y passera des jours heureux en famille, avec ses amis de passage et son cher voisin pataphysicien et écrivain comme lui, Boris Vian.
 
Désormais, l’appartement de la Cité Véron abrite la succession Fatras, qui gère, protège et entretient la mémoire de l’auteur. Mais le cachet d’antan est conservé, comme coupé du temps et des modes. L’appartement se visite uniquement sur rendez-vous et à de très rares occasions.
 
Au dernier étage, derrière la porte verte où s’accroche fièrement une grenouille en fonte en guise de poignée, les pièces conservent un décor foisonnant, plein de fantaisie et rempli de mille et une merveilles.
Dans l’entrée, un drôle de bouquet de fleurs tapisse le mur : c’est  une série d’éphémérides colorés que Prévert concoctait chaque jour. Autour d’une fleur dessinée au feutre par le facétieux Prévert, on peut y lire ses rendez-vous ou les noms de ses illustres amis.
 
ephéméride réalisé par Jacques Prévert, appartement de la cité Véron, Paris Peluches, appartement de Jacques Prévert, cité Véron, Paris
 
 
Avec ses murs blanchis à la chaux et ses tomettes ocres, l’appartement de la cité Véron ressemble à une villa catalane ou provençale. Il s’ouvre sur l’immense terrasse que Prévert et Vian partageaient au dessus du Moulin Rouge. Confié à l’architecte Jacques Couëlle, l’aménagement intérieur, joue avec les lignes pures, claires et organiques.
 
Atelier de Jacques prévert, cité Véron, Paris Atelier de Jacques Prévert, détails, cité Véron, Paris Salon de Jacques prévert, cité Véron, Paris Appartement de Jacques Prévert, cité Véron, Paris
 
 
C’est dans l’atelier (Prévert n’aimait pas le mot « bureau ») que la présence de l’écrivain est la plus perceptible. On se prend à penser qu’il pourrait arriver par la porte du fond, la clope au bec et l’âme gouailleuse.
 
Jacques et Jeanine Prévert au bureau © DR - collection privée Jacques PrévertSur les étagères trônent une accumulation de petits jouets, de souvenirs en tout genre et d’images drolatiques qui donnent à ce bureau des allures de cabinet de curiosités. Un portrait de l’artiste par Picasso, une gouache de Miro et un mobile de Calder complètent la décoration. Tout rappelle à quel point Jacques Prévert consacrait une place à part à ses amis artistes. C’est ici qu’il écrivait.
L’éditeur Jean Paul Liégeois, son ami, nous explique comment il écrivait :
 
 
 
Chambre de Michèle, appartement de Jacques Prévert, cité Véron, ParisLa chambre de Michèle, dite Minette, la fille de Jeanine et Jacques Prévert, est l’autre pièce marquante de l’appartement. Elle semble sortie d’une illustration d’un conte. Son mobilier est particulier comme l’explique Mathilde Deneux, archiviste à la Fondation Fatras et Jean-Paul Liégeois :
 
 
Avec l’appartement de Boris Vian, lui aussi conservé quasiment intact (jetez un œil ici), la cité Véron garde bien vivante la mémoire et l’univers de vie de deux artistes majeurs du XXème siècle.
 
Rive gauche : sa vie de bohème
Avant de poser ses valises Cité Véron, Jacques Prévert a vécu un peu partout dans la capitale, en particulier rive gauche.
Souvent associé à Saint-Germain-des-Prés, grâce aux chanteurs comme Juliette Gréco ou Mouloudji qui ont interprété ses textes mis en musique, Prévert est une figure du quartier… à sa manière comme l’explique Carole Aurouet, une des biographes de Prévert :
 
 
 
Eglise Saint-Sulpice, Paris Café "Les deux magots", Paris
 
 
Déjà, dans l’entre-deux-guerres, Prévert fréquente Saint-Germain et Montparnasse. Il n’écrit pas encore. Avec une bande d’amis, il vit 54, rue du château.
La maison est partie en poussière avec la reconstruction de la gare Montparnasse mais l’adresse reste attachée au mouvement surréaliste.
Carole Aurouet raconte comment Jacques Prévert s’est retrouvé dans cette mouvance dans les années vingt :
 
 
Regardez aussi cette archive INA où Jacques Prévert raconte la vie rue du Château (cliquez ici).
 
Autour du Luxembourg : son enfance
Jacques Prévert avec son père André et son frère Jean en 1905 © DR - collection privée Jacques PrévertNé à Neuilly en 1900, le petit Jacques débarque à Paris à l’âge de 7 ans. Il passe son enfance rive gauche. Au début du siècle, le quartier autour du jardin du Luxembourg  est deux fois plus peuplé qu’aujourd’hui et accueille une mixité sociale qui n’existe plus de nos jours.
 
La famille Prévert, des bourgeois désargentés plutôt fantasques (du côté du papa en tout cas) vit d’hôtels en derniers étages, fuyant les huissiers et courant le sou… Dans cette fratrie de 3 garçons, entre Jean l’aîné qui va mourir jeune et Pierre, le cadet inséparable, Jacques fait ses humanités sur le pavé parisien, tout autour du jardin du Luxembourg.
 
Immeuble, 7 rue de Vaugirard, premier domicile de la famille Prévert à ParisLa première adresse des Prévert se situe 7, rue de Vaugirard, entre le boulevard Saint-Michel et l'arrière du théâtre de l'Odéon. Le Sénat est à deux pas.
L’immeuble n’a pas beaucoup changé. Visitons-le avec Carole Aurouet :
 
 
 
André le papa, se rêve en comédien de théâtre, tandis que la douce Suzanne partage très tôt son amour des mots et de la lecture avec le petit Jacques qui se révèle un enfant très doué, curieux et loquace comme le raconte Carole Aurouet :
 
 
 
Jardin du Luxembourg, Paris Jardin du Luxembourg, Paris
 
Au Jardin du Luxembourg, le petit Jacques s’amuse et s’invente un monde où des "wagons dorés" l’emmènent vers des "îles parfumés". Au musée de l’école de la Médecine (musée Dupuytren), il cultive son imaginaire en regardant les curieuses pathologies anatomiques conservées dans le formol.
 
Jacques Prévert va parfois rejoindre son père à son travail, à l’Office central des pauvres 175 boulevard Saint-Germain. L’adresse a bien changé comme le fait remarquer Carole Aurouet :
 
 
 
Ancien siège de l'Office Central des Pauvres, 175 boulevard Saint-Germain, ParisPlus tard avec ses amis photographes (Doisneau, Izis ou Willy Ronis), Jacques Prévert continue d’arpenter le pavé parisien et populaire comme il le faisait enfant. Il pose alors pour eux, parachevant cette image d’un Prévert, clope au bec, chapeau vissé sur la tête, à la fois prince des faubourgs et des lettres.
 
Le cinéma : une histoire d’amitié
Entré dans le cinéma par le biais de Pierre Prévert, son petit frère fou de 7e art, et de ses amis du Groupe Octobre qui travaillaient dans le milieu, Prévert, le touche à tout, trouve dans les scénarii et les dialogues, un terrain d’expression idéal pour sa fantaisie et sa curiosité.
 
Avec Marcel Carné, il forme un duo prolifique (9 films en moins de 15 ans !). Leur compagnonnage va bousculer le cinéma des années 30 et 40. Ils y apportent leur goût pour la poésie, la liberté, les classes populaires, les anti-héros, et l’irrévérence. Ils vont être les piliers d’un courant cinématographique appelé « réalisme poétique ».  
 
Du 24 octobre 2012 au 27 janvier 2013, la Cinémathèque française consacre une importante exposition au chef d’œuvre du duo Carné-Prévert sorti en 1945 : les Enfants du Paradis.
 
J-L Barrault et Arletty dans "Les enfants du Paradis"Classé "patrimoine mondial" par l’Unesco, ce film en deux parties,  de plus de trois heures, tourné pendant la seconde guerre mondiale, concentre à lui seul ce goût du mélodrame populaire et cet amour qu’avait Prévert pour les personnages doubles, cabotins, rêveurs et graves à la fois.
Pour le cinéma aussi, Prévert avait une manière bien personnelle de travailler comme le raconte Laurent Manonni, co-commissaire de l’exposition à la Cinémathèque :
 
 
 
Laurent Manonni explique aussi ce que Prévert a apporté à ce film-monument :
 
 
 
Regardez la bande-annonce des "Enfants du paradis" (cliquez ici) ou un extrait (cliquez là).
 
Dans les dialogues ciselés de Prévert comme dans ses poèmes les plus courts, on retrouve une musicalité (quasiment du slam dirait-on aujourd’hui) propre à Prévert comme le fait remarquer Jean-Paul Liégeois, un ami devenu éditeur :
 
 
 
Affiche de "Quai des Brumes" © DR - collection privée Jacques PrévertLe nom de Prévert est également associé à d’autres succès ou chef d’œuvre du cinéma français comme « Le jour se lève », « Quai des brumes », « Drôle de drame », « Les visiteurs du soir », « Les portes de la nuit », « Le crime de Monsieur Lange », « Le roi et l’oiseau »…
 
C’est aussi au cinéma que Prévert scelle de profondes et durables amitiés comme avec Alexandre Trauner, le fameux décorateur de cinéma ou Joseph Kosma avec qui il signera, notamment, la célèbre chanson « Les feuilles mortes » (à écouter ici).
 
Ainsi, après l’échec des « Portes de la Nuit », il aurait écrit ces mots à Marcel Carné : « tu comprends, j’en ai marre de bosser dix mois sur un scénario pour me faire engueuler en dix lignes par un con de critique ». Lapidaire mais sincère…
 
Saint Paul de Vence, parmi les peintres
C’est à la suite d’un grave accident en 1948 que Jacques Prévert va chercher la quiétude à Saint-Paul-de-Vence, un village proche de Nice qu’il connait depuis 1941.
Là-bas, en repos forcé, il s’adonne avec élan aux collages et cultive son amitié avec Pablo Picasso, André Verdet, une figure locale à la fois peintre, poète et sculpteur mais aussi Paul Roux, le propriétaire de l’hôtel-restaurant « La Colombe d’Or ».
 
Jacques Prévert à La Colombe d'or, Saint-Paul-de-Vence © Jacques GomotDès 41, Prévert fréquente cette charmante auberge et y attire l’équipe du film « Les visiteurs du soir » réalisé par Marcel Carné. Dans cet établissement mythique, encore tenu aujourd'hui par la famille Roux, Prévert y côtoie les nombreux artistes qui fréquentent ce village à la mode dans les années 50 parmi lesquels Miro, Braque ou encore Chagall… Yves Montand et Simone Signoret y ont célébré leur mariage en 1951.
 
A «La Colombe d’Or », comme un peu partout dans les rues de Saint-Paul-de-Vence, l’art est partout. Les galeries animent les petites rues. La Fondation Maeght et son merveilleux jardin rendent hommage à tous ces grandes figures de l’art moderne. « La Colombe d’or » expose aussi des pages de poésie signées Prévert et deux collages.
 
Jacques Prévert devant La Miette, Saint-Paul-de-Vence © Jacques GomotA la fin de la guerre, les Prévert vivaient au cœur du village, dans une petite maison nommée « La Miette » avant de partir plus à l’extérieur dans la propriété « L'Ormeau » jusque dans le milieu des années 50. Les deux maisons sont toujours débout. L’Office du tourisme organise des visites guidées sur les pas de Prévert.
C’est à Saint-Paul-de-Vence que Jacques Prévert va rencontrer en 1948 un petit bout de femme dessinatrice, qui travaillait pour Matisse à l’époque, Jacqueline Duhême. Il signera avec elle de nombreux livres pour enfants.
 
Omonville-la-petite : son refuge
Tombe de Jacques Prévert, Omonville-la-Petite, MancheC’est à la pointe de la Hague, à l’extrême Nord du Cotentin, que l’on peut découvrir ce « drôle de patelin où il n’y a même pas de bistrot» comme disait Prévert. Et pourtant, malgré cet isolement, le poète décide de s’y installer en 1970, dans une petite maison en granit dénichée par son ami Alexandre Trauner, décorateur de cinéma, qui vit déjà à Omonville.
 
A deux pas de l’océan qui gronde, la tranquilité de ce charmant bourg aux allées bordées d’hortensias bleus n’est finalement perturbée que par le bal des visiteurs venus rendre hommage à Prévert et son œuvre… Après avoir laissé sa voiture devant l’église et le cimetière, on peut aller saluer l’ami Jacques enterré avec Jeanine, son épouse et Minette leur fille, non loin de leur ami Trauner. Prévert a choisi « un gratton », ces pierres contre lesquelles se frottent les animaux dans les champs pour lui servir de stèle…
 
Chemin menant à la maison de J. Prévert, Omonville-la-Petite, Manche Maison de Jacques Prévert, Omonville-la-Petite, Manche Omonville-la-Petite Maison de Jacques Prévert, Omonville-la-Petite, Manche
 
 
Un petit chemin, bercé par le doux bruit d’un ruisseau, mène à la maison Prévert.
Ce qui frappe d’abord, c’est la modestie des lieux pour un homme célébrissime.
A l’intérieur, au rez-de chaussée, les pièces vides abritent des expositions temporaires. Actuellement, ce sont les collages de Prévert qui sont à l’honneur.
Ecoutez Fanny Kempa, responsable de la maison Prévert pour en savoir plus sur cet art surréaliste auquel s’est adonné Prévert pendant vingt ans :
 
 
 
"La beauté du diable", collage de Jacques Prévert © Fatras / Succession Jacques Prévert - Collection BNF "Des animaux terrestres...", collage de Jacques Prévert ©Fatras / Succession Jacques Prévert - collection BNF
 
Le clou de la visite est à l’étage, dans la pièce appelée l’atelier, où rien ne semble avoir bougé. Prévert y passait le plus clair de son temps, dans ce vaste grenier lumineux réaménagé, entre ses livres et ses bibelots. Aujourd’hui, accroché près de la cheminée, un émouvant cliché montre la petite fille de Prévert et son grand-père se faisant un bisou d’eskimo. La pièce a gardé son parfum d’intimité. On se sent bien chez Jacques Prévert. Un sentiment partagé par Francis et Marie-Claude, en visite dans la région :
 
 
 
Lieu de mémoire, maison-musée, cette jolie demeure est à l’image du personnage : discrète et authentique. Dans le luxuriant jardin imaginé par Guillaume Pellerin (auteur des jardins de Vauville - voir plus bas), on s’installe tranquillement pour lire quelques lignes de poésie.
Ici, on se sent à l’abri et on comprend mieux ce qui a pu attirer Jacques Prévert dans la région au point d’y finir ses jours.
 
"Nénette" devant sa maison, Omonville-la-Petite, MancheEn redescendant vers l’église, une espiègle octogénaire est parfois devant sa porte. C’est Nénette, l’employé de maison des Prévert pendant vingt ans. Son domicile s’appelle « la chambrette ». Elle raconte volontiers ses souvenirs quand elle est au bord du chemin (on la reconnaît facilement puisqu’elle apparaît dans le film projeté à la maison-musée) .
 
Pour les amoureux de nature et de Prévert, la visite se prolonge un peu plus bas, au pied de Port-Racine, célèbre pour être le plus petit port de France.
Encaissés dans une vallée, à l’abri des vents, des jardins en hommage à Jacques Prévert sont ouverts à la visite depuis 1987. Ils sont l’oeuvre de Gérard Fusberti. Ces jardins bohèmes, parsemés de mots de Prévert et aménagés comme des décors de poche au fil de l’eau, sont un écrin parfait pour la rêverie. Gérard Fusberti n’est jamais très loin et raconte lui aussi l’amitié sincère qui l’a lié à Jacques et Jeanine Prévert. Avec pour seule devise : « le jardin reste ouvert à ceux qui l’ont aimé ».
 
Jardins en hommage à Jacques Prévert, Saint-Germain-des-Vaux, Manche Jardins en hommage à Jacques Prévert, Saint-Germain-des-Vaux, Manche Jardins en hommage à Jacques Prévert, Saint-Germain-des-Vaux, Manche Jardins en hommage à Jacques Prévert, OSaint-Germain-des-Vaux, Manche
 
Le Contentin, son souvenir
Tout autour d’Omonville-la-Petite, que ce soit, les pieds dans l’eau au minuscule et paisible Port-Racine ou le nez au vent, dans les embruns face aux falaises de Landemer, tout dans cette région du Cotentin semble évoquer le souvenir de cet homme impétueux et authentique qu’était Prévert.
 
Les sentiers douaniers balayés par les vents, les villages aux maisons serrées les unes aux autres, les vallons de prés salés où pâturent moutons et vaches et la « vraie mer » aussi changeante que sa lumière donnent à la région des faux airs d’Irlande. Le Cotentin impose son caractère sauvage et puissant. On oublie vite l’usine de traitement des déchets nucléaires et la centrale atomique…
 
Cotentin, Manche Cotentin, Manche Cotentin, Manche Cotentin, Manche
 
 
Le promeneur, nourri de ses poèmes, retrouve Prévert au pied du phare de Goury, à la pointe de la Hague non loin de l’impitoyable raz du blanchard, un des plus forts courants de marée au monde. La grandeur et la force des éléments nous ramènent alors à notre modeste condition humaine et l’on se surprend à réciter :
Démons et merveilles
Vents et marées
Au loin déjà la mer s’est retirée
Et toi
Comme une algue doucement caressée par le vent
Dans les sables du lit tu remues en rêvant
 
Cotentin, Manche Cotentin, Manche Cotentin, Manche Port-Racine, Cotentin, Manche
 
 
Au calme, sur le pittoresque port d’Omonville-la-Rogue, le Café du Port, offre de généreux plateaux de fruits de mer et des produits de la pêche locale évidemment. On s'attable face à la mer comme l’ami Jacques qui ne déjeunait qu’avec vue...
 
Hôtel de l'Erguillière, Port-Racine, ManchePour dormir, le petit hôtel de L’Erguillière, situé au dessus de Port-Racine propose une chambre décorée par les mots du poète. Jacques Prévert aimait particulièrement cet endroit.
Juste à côté, les gourmands et les couples animés par cet amour « beau comme le jour et mauvais comme le temps » peuvent savourer la cuisine locale et raffinée du « Moulin à Vent ».
 
Enfin sur la côte Ouest de la Hague, à Vauville, la balade sur les pas de Jacques Prévert peut se terminer par un voyage hors du commun, au diapason de l’imaginaire du poète, dans un décor botanique insoupçonné et grandiose. C’est ici, sur plus de quatre hectares, que Guillaume Pellerin, architecte paysagiste, perpétue avec son épouse, le jardin commencé par son père en 1947.
 
Ce « jardin du voyageur » abrite plus de 1200 espèces de l’hémisphère Sud. A deux pas de la mer rugissante, entourant le château familial, ce jardin emmène le visiteur dans un labyrinthe de couleurs et de décors végétaux en bambous, palmiers et gunneras aux feuilles géantes. Ici, on se croirait dans les jardins de l’Alhambra, plus loin dans une scène d’ « Alice au pays des Merveilles », ailleurs dans un collage de Jacques Prévert, justement, qui travaillait à partir d’ouvrages de botanique. Vauville propose un voyage. Surréaliste presque.
Prévert aimait d’ailleurs se perdre dans cet apparent désordre poétique.
Suivez Guillaume Pellerin, l’auteur de cet étonnant jardin :
 
 
 
Le Jardin du voyageur, Vauville, Manche Le Jardin du voyageur, Vauville, Manche Le Jardin du voyageur, Vauville, Manche Le Jardin du voyageur, Vauville, Manche Le Jardin du voyageur, Vauville, Manche Le Jardin du voyageur, Vauville, Manche
 
Lire, écouter, voir
Petite sélection très subjective parmi les innombrables ouvrages de Jacques Prévert ou consacrés au poète :
 
- « Paroles ». Le classique des classiques. Editions Folio
- « Grand Bal de printemps ». Un magnifique livre mêlant textes de Prévert et photographies d’Izis. Réédité en 2008 aux Editions du Cherche-Midi.
- « L’opéra de la Lune ». Un livre illustré par Jacqueline Duhême. Editions Gallimard Jeunesse.
 
"L'amitié selon Prévert" par Carole aurouet, éditions Textuel- « L’humour de l’art » de Carole Aurouet. Un livre joliment et joyeusement illustré autour de l’univers et la fantaisie de Prévert. Une belle place est notamment réservée à ses collages. Editions Naïve.
- « Paris la belle ». Le catalogue complet et illustré de l’exposition que l’Hôtel de ville de Paris a consacré à Prévert en 2008. Editions Flammarion.
- « Paris est tout petit ». Une collection des textes de Prévert sur Paris rassemblés par Jean- Paul Liégeois. Editions du Cherche Midi.
- "L'amitié selon Prévert" de Carole Aurouet. Un joli petit format autour des éphémérides de Prévert. Editions Textuel.
- "Le cinéma dessiné de Jacques Prévert" de Carole Aurouet. Un bel ouvrage qui présente pour la première fois les fameux plans scénaristiques dessinés par Prévert. Editions Textuel.
 
- « Inventaire, Jacques Prévert ». 3 CD avec 20 chansons interprétées par Montand, Catherine Sauvage ou Mouloudji ainsi que 38 poèmes dit par les grands interprètes et Prévert lui-même. Editions Jacques Canetti.
- « Le soleil brille-t-il pour tout le monde ? ». Un CD fort et entêtant ou Nevchehirlian dit Prévert (en slameur) pour raviver le feu libertaire et insoumis du célèbre poète.
 
- « Les enfants du paradis ». DVD collector. Pathé vidéo.
 
"Souvenir de Paris I", collage de Jacques Prévert © Fatras / Succession Prévert - collection privée Jacques Prévert
 
 Jardins en hommage à Jacques Prévert, Saint-Germain-des Vaux, Manche
 
Page réalisée avec Céline Develay-Mazurelle
 
Photos : Céline Develay-Mazurelle, Arnaud Bouret, Jacques Gomot, Collection privée Jacques Prevert, Succession Fatras, Collection BNF, hôtel de l'Erguillière, Cinémathèque Française
 

 

1 Comments

Merci pour ces photos et cet article... le presbytère n'a décidement rien perdu ce son charme ni le jardin de son éclat... quand je songe que dans ce cabinet de verdure dors un coeur cambriolé...
Bises a l'ange

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.
CAPTCHA
Cette question vous est posée pour vérifier si vous êtes un humain et non un robot et ainsi prévenir le spam automatique.